vendredi 27 janvier 2012

Episode 7

- Siji, écoute-moi bien, murmura Polka sur le ton d’une conspiratrice. Nous devons quitter cette voiture, coûte que coûte ! Nos vies sont en danger… Ce type n’est pas chauffeur de taxi. J’en suis sûre. Je l’ai croisé à l’ambassade, le jour de mon anniversaire, en allant rejoindre Bjorn. Je m’en souviens bien car, ce jour-là, mon frère m’a offert une statuette un peu bizarre qui différait des autres par l’absence de texte sur les jambes. Aucune formule appartenant au chapitre 6 du Livre des Morts n’était inscrite. De plus elle ne croisait pas les bras et aucun attribut n’apparaissait. Alors, tu comprends, ça m’a marquée. En vérité, cet homme est un professionnel de la gâchette qui servait de garde du corps à un chercheur universitaire, en mission scientifique à Paris ; un égyptien qui travaillait pour le bureau culturel, si mes souvenirs sont bons.

- Qu’est-ce que tu racontes ? Si tu essaies de me ficher la frousse, c’est réussit. Je ne trouve pas ça drôle ! articula son amie avec une note de terreur dans la voix.
La panique commençait à la gagner. Le teint livide, au bord de l’hystérie, Siji se cramponnait à Polka comme à une bouée de sauvetage.

- Je t’expliquerai plus tard. Ce n’est pas le moment de flancher ou de se laisser impressionner par une crapule. Il faut vraiment qu’on s’échappe d’ici. A trois, on saute, chacune de notre côté.

- On… on va se tuer ! Je ne peux pas… je… je ne veux pas mourir… articula avec peine Siji, soudain transformée en momie.

- Tu veux sauver Ben… Alors bouge-toi ! Allez, courage ! A trois : Un, deux, trois…
Dans un ensemble parfait, elles se projetèrent contre les portières, mais rien ne se passa. Elles avaient beau se débattre comme des furies, ces maudites portes restaient condamnées. Elles étaient bel et bien prisonnières. Un rire sonore retentit à leurs oreilles.

- Alors, mesdemoiselles, vous voulez déjà me quitter, fit l’homme en pilant net et en se retournant, content de son effet.

- Que voulez-vous ? Où vous emmenez-nous ? Lança avec agressivité Polka qui avait repris son self-contrôle.

- Ne vous inquiétez pas, vous allez vite le savoir. Terminus, tout le monde descend !
Polka regarda autour d’elles avec méfiance. La voiture était stationnée sous un grand hangar, à peine éclairé par une lumière diffuse, sans aucune indication qui aurait pu les aider à savoir où elles se trouvaient. La portière droite s’ouvrit soudain et Ben apparut, libre de toute entrave. Son air coupable en disait long sur le rôle qu’il avait été amené à jouer ; ce qui mit Polka dans tous ses états, alors qu’elle s’évertuait à réanimer Siji, à moitié évanouie.

- Bon sang, Ben ! T’es devenu complètement fou ? Qu’est-ce que c’est que cette comédie ? Dans quel pétrin t’es-tu mis ? explosa son amie.

- Ne conclus pas trop vite, je vais t’expliquer. Je n’y suis pour rien. Sans le savoir, je suis tombé dans un piège… un véritable engrenage dont je ne peux me dépêtrer tout seul.

- J’ai cru que tu avais simulé un enlèvement… Qu’aurais-tu fait si j’avais averti Bjorn ? Tu serais dans de sales draps.

 - Pas question de faire intervenir ton frère ; ce serait beaucoup trop dangereux. Il est le roi des catastrophes assurées. S’il savait dans quelle situation je me trouve, je perdrais la face devant mon meilleur copain qui plus est, est un ancien flic, et je n’aurais plus aucun alibi.

- De quoi parles-tu ? S’agit-il d’un trafic de drogue, de pierres précieuses ?

- Ecoute, nous avons peu de temps, fit Ben, en l’attirant à part. Comme tu sais, je sers d’intermédiaire pour l’achat de Shaouabtis ou de Oushebtis… Seulement, sans le vouloir, j’ai mis les pieds dans une fourmilière et j’ai maintenant un gang de trafiquants sur le dos. Ces gens-là sont sérieux. Tu as deviné juste. Non seulement je risque ma peau pour quelques pierres, en prime, je vais être accusé de trafic d’œuvres d’art, alors que je suis innocent.

- Bon, on a assez ri, intervint le faux chauffeur. Nous n’avons pas toute la nuit. Donnez-moi les statuettes.

- Fais ce qu’il te dit, Polka. On n’a pas le choix.

- Qu’est-ce que c’est que ça ? Jeta furieusement l’homme au parfait profil de gangster, vous vous êtes fichus de nous. Ce n’est pas ce qu’on vous a demandé. Où se trouvent les shaouabti en bronze et en faïence bleue ? Je vous préviens, si dans deux heures je n’ai rien d’autre en mains que ces poupées pour touristes, vous pouvez dire adieu à vos amis ici présents. En gage de notre bonne volonté, cette petite personne restera notre otage pendant que vous irez récupérer les autres, ajouta-t-il en se tournant vers Polka et en désignant Siji qui, trop stupéfaite, préféra se réfugier pour la seconde fois dans l’inconscience.
C’est alors qu’un certain chercheur universitaire, égyptien, travaillant pour le bureau culturel de l’ambassade d’Egypte apparut dans la lumière et fit un pas vers eux.

Posté par MediatekChatou à 10:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Episode 7

Nouveau commentaire